Robert thomas «huit femmes» icon

Robert thomas «huit femmes»



НазваниеRobert thomas «huit femmes»
страница1/7
Дата конвертации09.12.2012
Размер0.78 Mb.
ТипДокументы
  1   2   3   4   5   6   7
1. /Thomas Huit femmes.docRobert thomas «huit femmes»



Robert THOMAS

«HUIT FEMMES»

Comédie policière en irois actes

créée le 28 aoûi 1961 au Théâtre Edouard VII reprise au Théâtre de la Madeleine en 1971 et à la Télévision « au Théâtre ce soir » de Pierre Sabbagh.

LIBRAIRIE THEATRALE S, rue Marivaux

PERSONNAGES

LA FAMILLE

GABY, la mère. Une belle femme de 45 ans, élégante, racée, la parfaite bourgeoise. Aime beaucoup son confort, un peu ses filles... et très peu: son mari...

SUZON, sa fille aînée, 20 ans, jolie, fraîche, charmante. Fait ses études en Angleterre, ce qui fait très chic...

CATHERINE, sa fille cadette, 17 ans, espiègle, très «nouvelle vague », adore les romans policiers qu'elle lit la nuit... Le clown de la famille ! A ne pas présenter aux relations mondaines !

MAMY, la grand-mère, provinciale dépassée par les événements, songe à ses rentes, à son confort, s'est fait héberger dans la maison, adore sa famille (dit-elle !)

AUGUSTINE, sœur de Gaby, physique acide. Se plaint de tout, toujours à tout le monde. A cherché en vain un mari qu'elle n'a pas trouvé. Elle fait payer cet échec à sa famille. Passe les fêtes de Noël avec plaisir, car elle est gourmande.

LA DOMESTICITÉ

Madame CHANEL, charmante dame de 50 ans. Elle a élevé les enfants. Fait presque partie de la famille. Doit savoir pas mal de petits secrets qu'elle ne dira jamais. Une brave femme... (sans doute ?)

LOUISE, la nouvelle femme de chambre, 25 ans, belle fille, assez insolente et perverse... Ne se laisse pas monter sur les pieds... De la dynamite.

El... CELLE QU'ON N'ATTENDAIT PAS...

PIERRETTE, une belle femme de 35 ans. De la croupe, de la mâchoire, du réflexe. « Ancienne danseuse nue», disent ces dames... «Pure comme un lys et victime des hommes», dit Madame Chanel.

DECOR UNIQUE

Le salon-bibliothèque dans une belle, élégante et charmante demeure provinciale. On doit sentir un certain, bon goût (un peu provincial peut-être), mais riche...

Grand canapé devant le feu de bois d'une belle cheminée. Une bergère de repos, des tables, des fauteuils, un bureau, des tableaux de famille, une grande bibliothèque...

Au fond, une très large baie nous découvre une terrasse et la campagne. C'est l'hiver. Les arbres du grand parc sont couverts de neige. Au centre de la baie, une porte avec des vitraux de couleurs, C'est la porte d'entrée principale.

Face à cette porte, après un petit espace qui représente un «hall», un escalier monte aux chambres du premier étagje.
Cet escalier en beau bois, ciré large et confortable occupe tout le fond de la scène, car il fait un coude vers nous, puis il arrive à un couloir. Une porte est disposée face à nous, à mi-hauteur. (C'est la porte du père.)

On peut sortir de cette pièce et aller dans les différentes parties de la maison par trois issues (qui sont de belles portes avec tentures) : A gauche vers la salle à manger ; au fond vers un fumoir ; enfin à droite, vers l'office.

A Joseph POULAR mon amitié

R.T.

Huit Femmes

ACTE PREMIER


Matinée d'hiver, un rayon de soleil un peu pâle fait jouer les vitraux. Atmosphère chaude et provinciale. Le feu pétille. Une pendule sonne dix coups, quelque part dans la maison.

On voit la grand-mère se glisser dans le salon et atteindre la bibliothèque. Elle se déplace dans un fauteuil à roulettes... (Note de l'auteur : ce fauteuil est facultatif). Elle regarde à gauche et à droite, puis fait jouer un déclic dans les livres, déclenchant la porte d'une cachette. Mais elle entend du. bruit, elle referme tout et se sauve. Madame Chanel descend l'escalier, écoute à la porte du père.

Soudain, on entend à l'extérieur un klaxon de voiture. Madame Chanel descend et court à la baie en s’essuyant les mains à son tablier.

Acte I Scène I Madame CHANEL, LOUISE


Madame CHANEL, folle de joie. — La voilà ! La voilà! (Elle fait de grands signes vers le parc, puis revient crier au bas de l'escalier.) Voilà Suzanne qui arrive ! Voilà Suzon ! Le mauvais temps n'a pas retardé le train ! (En haut des marches apparaît Louise, la bonne, un plateau à la main.) Voilà, Mademoiselle!

LOUISE. — Oui ! Oui ! J'ai entendu !

Madame CHANEL. — Ah ! si vous saviez comme ça me fait plaisir de retrouver ma Suzon... Cest moi qui l'ai élevée... Il y a dix ans, nous étions deux amies inséparables...

LOUISE. — Je sais...

Madame CHANEL. — Mais les années vous poussent et voilà que ma Suzon a dépassé vingt ans ! Depuis qu'elle est partie dans ce collège anglais, je ne la vois plus que deux fois l'an. Quel beau Noël nous allons avoir !

LOUISE, sans conviction. — Oui... Ça va !

Madame CHANEL. — C'est un peu ma petite fille... Ah ! l'arbre !

(Elle va à son gros paquet dont elle essaie de défaire la ficelle.)

LOUISE. — Vous rabâchez la même histoire depuis deux mois que je suis ici.

(Elle va débarrasser mollement la table encombrée de tasses.)

Madame CHANEL. — Quand on travaille dans une maison depuis quinze ans, on finit par croire qu'on est chez soi et que las enfants sont à vous !... Vous verrez !...

LOUISE. — Si vous croyez que je vais passer ma vie à faire la boniche !

Madame CHANEL. — C'est un métier qui ne vous plaît pas ?

LOUISE. — Pas beaucoup.

Madame CHANEL.— Alors, pourquoi le faites-vous ?

LOUISE, interdite, puis. — Faut bien vivre...

Madame CHANEL. — Vous êtes tombée dans une bonne, maison, ici...

LOUISE. — Vous trouvez ? .

Madame CHANEL. — Ah ! de mon temps !... Je veux dire du temps où Mademoiselle Suzon était là, c'était plais gai !

LOUISE. — Evidemment ! C'est bien ma chance.

Madame CHANEL. — Nous allons passer de merveilleuses fêtes de Noël !

(Elle fouille dans le bureau à la recherche de ciseaux.)

LOUISE, qui croque le sucre qui reste. — C'est ça! La veillée aux chandelles ! Que voulez-vous qu'on fasse d'autre ? On est à cinq kilomètres du village et avec toute la neige qui est tombée cette nuit, je ne pourrai même pas aller au bal. Quel dimanche ! Et même pas la télévision !

Madame CHANEL. — La télévision ? Bah ! vous ne perdez rien, ça fait mal aux yeux !... (Louise hausse les épaules.) C'est le déjeuner de Monsieur que vous avez monté ?

LOUISE. — Non, c'est celui de la petite.

Madame CHANEL. — Vous avez averti Monsieur que la voiture vient d'arriver ? Madame est allée chercher Suzon à la gare...

LOUISE. — Monsieur m'a dit hier de ne pas le réveiller.

Madame CHANEL. — Ne pas le réveiller quand sa fille arrive pour les vacances de Noël ! Allez lui porter son déjeuner... (Elle a trouvé ses ciseaux et s'attaque aux ficelles du paquet.) Avertissez aussi Mamy et Mademoiselle Augustine.

LOUISE, qui ricane. — Oh ! Rassurez-vous, mademoiselle Augustine est certainement déjà au courant! Ce ne serait pas la peine qu'elle écoute aux portes !

Madame CHANEL. — Ne soyez pas aussi insolente. Je n'aime pas vos réflexions.

LOUISE. — Et moi, je n'aime pas qu'on me donne des leçons de morale ! Parce que la morale!...

(Elle disparaît vers l'office.)

Madame CHANEL, seule. — Cette fille-là, on n'en fera jamais rien ! J'aimais mieux. Gisèle! Enfin!

(Elle a coupé les ficelles du paquet. Apparaît un arbre de Noël. Elle l'installe sur un meuble.)
  1   2   3   4   5   6   7



Похожие:

Robert thomas «huit femmes» iconConférence : des femmes écrivent : que nous disent-elles ?
«Monde des Livres» qui n’offre la recension critique de quelque nouvel écrit de femmes, quand IL n’accorde pas une pleine page à...
Robert thomas «huit femmes» iconFemmes savantes acte III, scene premiere

Robert thomas «huit femmes» iconThank you Robert for the update on Point Loma Action this Weekend

Robert thomas «huit femmes» iconДокументы
1. /ROBERT.TXT
Robert thomas «huit femmes» iconДокументы
1. /Markham, Robert - James Bond - LiebesgrьЯe aus Athen.pdf
Robert thomas «huit femmes» iconДокументы
1. /Thomas Pynchon - V v2.0.rtf
Robert thomas «huit femmes» iconДокументы
1. /Thomas Pynchon - Vineland v1.0.rtf
Robert thomas «huit femmes» iconДокументы
1. /Thomas, Edwin - The Blighted Cliffs.doc
Robert thomas «huit femmes» iconДокументы
1. /Thomas Pynchon- THE CRYING OF LOT 49.rtf
Robert thomas «huit femmes» iconДокументы
1. /Thomas Pynchon - Mason & Dixon v1.0.rtf
Разместите кнопку на своём сайте:
Документы


База данных защищена авторским правом ©podelise.ru 2000-2014
При копировании материала обязательно указание активной ссылки открытой для индексации.
обратиться к администрации
Документы

Разработка сайта — Веб студия Адаманов